Loyers impayés : comment y faire face ?

Quand on est dans le domaine de l’immobilier, l’une des grandes peurs que l’on a est de se retrouver dans une situation de conflit avec son client. Parmi la multitude de problèmes existants, nous pouvons nommer les conflits liés au paiement du loyer. Nous vous aidons dans cet article, à savoir quelle procédure suivre en cas de loyer impayé et comment recouvrer le plus rapidement possible vos droits.

Solution à l’amiable

Très utilisée par les propriétaires et bailleurs, cette solution permet de dénouer la situation très rapidement. En effet, lorsque le locataire est de bonne foi, le retard de paiement peut être dû à un problème technique, à une difficulté de dernière minute qui l’aurait mis en difficulté. À partir du moment où vous remarquez un défaut de paiement d’un locataire, assurez-vous d’abord de lui envoyer l’avis d’échéance de loyer ou un message quelconque pouvant lui notifier très clairement qu’il se trouve dans une situation d’impayé. Si ce courrier reste sans réponse, envoyez-lui à nouveau une relance, mais cette fois-ci avec un caractère un peu plus officiel en lui notifiant la date de paiement qui était prévue ou peut-être même le joindre personnellement par appel téléphonique ou message électronique. Si après ces relances, le locataire vous informe de ses difficultés et arrive à vous convaincre que ce n’est que pour un temps, il vous revient donc de décider quelle suite donner à ses requêtes.

Mise en demeure

Si, malgré vos multiples tentatives de relance et de négociation, votre locataire ne souhaite ni payer ni vous parler officiellement, il vous revient alors de lui faire parvenir une mise en demeure de payer. Dans ce courrier, vous renseignerez le montant total à payer, et vous lui préciserez qu’il est dans l’obligation de s’acquitter de ses dettes dans les huit jours qui suivent. Cette correspondance est une preuve que vous avez officiellement lancé le recouvrement du loyer qui vous est dû. Vous pouvez conserver la lettre de mise en demeure envoyée au locataire comme preuve auprès de votre assurance si vous disposez d’une assurance d’impayé de loyers. Généralement, il faut attendre entre 20 et 25 jours après le rendez-vous de défaut de paiement avant d’envoyer la lettre de mise en demeure, ce délai permet d’établir la mauvaise foi du locataire.

A lire aussi  Qu'est-ce que le droit de la famille ?

Engagez vos garanties

Dans le cas où les 8 jours seraient passés et que votre locataire n’aurait toujours pas payé, vous pouvez activer vos garanties. Cette action consiste à soit envoyer une mise en demeure à la caution ou à déclarer auprès de son assurance les impayés du locataire.

Engagez une procédure

Si malgré toutes ces tentatives le locataire ne se manifeste pas, l’étape suivante est de contacter un huissier de justice. Certes cette procédure est coûteuse pour le bailleur, mais une fois la procédure terminée, le locataire a l’obligation de rembourser tous les frais engendrés par ses impayés.  Si dans le contrat une clause résolutoire a été prévue, l’huissier fait donc parvenir un commandement de loyer au locataire ou a son garant. Et dans le cas où il n’y aurait pas de clause prévue, l’huissier peut directement assigner le locataire en justice et ce sera alors au tribunal de dénouer le litige.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*