Le rôle répressif du droit pénal

Ensemble des règles et préceptes qui régit une société, le droit se veut être respecté par tous. Des sanctions seront appliquées en cas de violation. En quoi consiste la répression du droit pénal. Nous allons découvrir à travers cet article, le rôle répressif du droit pénal.

Le droit pénal

Encore appelé droit criminel, le droit pénal peut se définir comme une partie du droit qui étudie l’ensemble des règles appliqué à la société. Le non respect de ces règles peut conduire à de graves sanctions. Un individu qui enfreint les règles du droit pénal est qualifié de délinquant. La délinquance est l’ensemble des fautes commises. Elle peut être de plusieurs types : quotidien, juvénile, économique, terrorisme. Pour ne citer que ça. Avant qu’on ne parle de délinquance, trois (3) conditions doivent être rassemblées: la loi doit être légale, la personne doit vraiment avoir commis la faute, la personne doit avoir toutes ses facultés. Par ailleurs, le droit pénal peut-être général c’est à dire sanctionner de façon générale. Il peut aussi être spécial, c’est à dire être spécifique à chaque infraction. Le droit pénal spécial à plusieurs caractéristiques: C’est un droit qui se veut légaliste et très strict.

Droit pénal spécial à caractère légaliste

Le droit pénal à caractère spécial stipule qu’avant qu’un acte ne soit qualifié de crime, il doit exister des textes qui montrent qu’il s’agit vraiment de crime. C’est à dire que cette loi doit exister dans le Code pénal.

Droit pénal spécial à caractère strict

Le droit pénal à caractère strict permet de repérer les infractions et de les punir en fonction de niveau de gravité. À cet effet, le juge doit appliquer la sanction conformément aux textes. Il ne peut en aucun cas passer outre les textes pour punir l’individu.

Notons que le droit pénal est différent du droit civil dans le sens où le premier traite les relations entre des sociétés tandis que le second agit entre les personnes pris individuellement.

La fonction répressive du droit pénal

Le premier objectif de la loi pénale est la répression. Elle ne peut donc pas être négligée. Le droit pénal doit garantir la protection de la société. Cependant, le droit pénal à un rôle pédagogique. Ce rôle permet d’avertir l’individu. Ce n’est que lorsque la faute a été commise malgré la fonction pédagogique qu’intervient la fonction répressive. La fonction répressive du droit pénal vient pour punir la délinquance. Cette punition s’applique après un jugement. Ainsi, le juge doit appliquer la loi. Mais avant de l’appliquer, le juge doit l’interpréter. Il joue dans ce cas, le rôle d’interprétation de la loi pénale. L’interprétation est le fait de donner une signification au texte par rapport à un crime donné. Le juge doit tenir compte des principes législatifs pour faire son interprétation. Car une mauvaise interprétation peut porter atteinte à la vie de l’individu en faute. Il existe plusieurs méthodes d’interprétations. La première méthode est l’interprétation littérale. Elle stipule que juge doit plus s’intéresser à la forme qu’au fond. Cette forme d’interprétation a été préconisée par BACCARIA. Selon lui, le jugement correct ne vient pas de l’interprétation de la loi, mais plutôt de son application. La deuxième méthode d’interprétation est la méthode analogique. Cette méthode n’est pas fréquemment utilisée. Elle ne s’utilise que dans le cas où pour une faute commise, le Code pénal n’a pas prévu de punition. La méthode analogique consiste donc à appliquer la punition d’une faute similaire à celle commise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.